Comment soigner une douleur fémoro-patellaire ?

 dans Non classifié(e)

Le syndrome fémoro-patellaire (SFP) est un problème du genou qui provoque une douleur intense des structures internes du genou, de la rotule et du fémur.

Ce syndrome est assez courant chez les sportifs, mais aussi chez toute personne qui pratique des activités ou un métier qui requièrent la flexion fréquente de l’articulation fémoro-patellaire.

S’il reste non traité, le SFP peut engendrer des problèmes de santé plus importants. C’est pourquoi il faut savoir reconnaître cette pathologie.

Apprenez-en plus sur les symptômes, les causes, les facteurs de risque, la prévention et le traitement du syndrome fémoro-patellaire.

Symptômes du syndrome fémoro-patellaire

Les symptômes du syndrome fémoro-patellaire peuvent s’apparenter à ceux d’autres problèmes du genou. Il est toutefois important de savoir reconnaître des signes plus spécifiques de cette pathologie afin de limiter les possibilités de complications qui peuvent en découler.

Pour reconnaître le syndrôme fémoro-patellaire, faites particulièrement attention aux signes suivants :

  • Une douleur au genou, principalement à l’avant ou autour de la rotule
  • Une douleur qui apparaît durant la pratique d’activités physiques et qui persiste après
  • Une douleur qui se manifeste en montant les escaliers, en s’accroupissant ou en s’assoyant
  • Une sensation de crépitement ou de craquement à la flexion du genou
  • Une mobilité du genou moins importante vers l’intérieur que vers l’extérieur

Si ces symptômes ne sont pas identifiés à temps, le SFP pourrait provoquer différentes complications, telles que :

  • La dégénérescence du cartilage de la rotule (chondromalacie)
  • L’arthrose du genou
  • Une mobilité réduite
  • Une douleur chronique

Causes du syndrome fémoro-patellaire

Certains cas de SFP peuvent être dus à des traumatismes physiques, comme une chute sur le genou. Cependant, la plupart des cas sont causés par une variété de facteurs prédisposants qui entraînent le désalignement du genou et l’irritation de la rotule.

Voici des exemples courants de facteurs biomécaniques qui pourraient provoquer le syndrome fémoro-patellaire :

  • Un problème de déviation de l’axe du genou (ex : le genou valgum)
  • Un manque de souplesse au niveau des muscles de la jambe et des membres inférieurs
  • Une augmentation de la pronation du pied
  • Une mauvaise posture au quotidien
  • Une hypermobilité des rotules

Qui est plus à risque de souffrir du syndrome fémoro-patellaire ?

En réalité, personne n’est vraiment à l’abri de subir le syndrome fémoro-patellaire. Toutefois, certaines personnes peuvent être plus à risque d’en être atteint.

En effet, les personnes qui pratiquent des sports qui exercent beaucoup de stress sur l’articulation du genou et sur le fémur, comme la course ou le soccer, sont plus à risque de développer le SFP.

Tout métier qui demande à maintenir une flexion du genou prolongée est aussi un facteur de risque pour cette condition.

Les femmes seraient aussi davantage prédisposées à développer ce syndrome en raison d’une particularité biomécanique qui leur est unique.

Un lien entre la croissance à l’adolescence et le syndrome fémoro-patellaire a également pu être observé.

Enfin, les personnes ayant une pronation excessive sont plus à risque si elles ne portent pas de chaussures orthopédiques.

Prévention du syndrome fémoro-patellaire

Comme pour toute pathologie et douleur fréquente reliée à l’orthopédie, il est possible de prévenir efficacement le SFP, surtout en ayant connaissance des causes et des facteurs de risque.

Le syndrome fémoro-patellaire peut être prévenu si vous mettez en place ces quelques gestes simples au quotidien :

  • Pratiquer moins d’activités physiques qui stimulent beaucoup la flexion du genou
  • Porter des chaussures adéquates et des orthèses plantaires pour soutenir l’arche du pied
  • Bien s’échauffer avant la pratique d’un sport
  • Faire attention au degré d’intensité d’une activité physique ou d’un sport

Traitements possibles pour soigner ce syndrome

Pour soigner le syndrome fémoro-patellaire, il peut être nécessaire de recourir à un programme de réadaptation complet. Cela permet à l’articulation de se renforcer et de retrouver sa position normale.

Ce traitement personnalisé pourrait inclure :

  • Le port d’orthèses plantaires et de chaussures orthopédiques
  • Le port d’une orthèse du genou pour stabiliser l’articulation
  • La prise de médicaments analgésiques pour diminuer l’inflammation
  • Le taping, c’est-à-dire l’application d’un bandage adhésif thérapeutique
  • Des exercices d’étirement et de renforcement musculaire
  • La massothérapie ou la thérapie manuelle

Le Laboratoire orthopédique Jérôme Marier : la référence pour les orthèses sur mesure

En résumé, le syndrome fémoro-patellaire est une pathologie qui peut affecter tout le monde. Ce syndrome, causé principalement par des facteurs biomécaniques, se manifeste notamment sous forme d’une douleur au genou au moment de la flexion et d’une mobilité amoindrie.

Pour prévenir et traiter le SFP, le port d’orthèses plantaires et de chaussures orthopédiques est fortement recommandé, surtout pour les personnes ayant des facteurs prédisposants à cette condition.

Au Laboratoire orthopédique Jérôme Marier, nos orthésistes fabriquent des orthèses plantaires sur mesure pour traiter et prévenir le SFP ainsi que plusieurs autres pathologies.

Prenez rendez-vous à notre clinique de Saint-Jérôme ou de Sainte-Thérèse dès aujourd’hui pour profiter de nos services.

 

Articles récents

Laissez un commentaire

comment-soigner-syndrome-patte-doie